Enseignement biblique

Baptême

Le Baptême de la Bible

L’Eglise a un message à proclamer par lequel elle fait connaître les conditions de salut que Dieu offre aux hommes.

QUE NOUS DIT LA BIBLE SUR CE SUJET ?
En la lisant objectivement, c’est-à-dire sans idée préconçue, sans préjugé, nous constatons que la prédication de la mort, de l’ensevelissement et de la résurrection de Christ était, aux temps apostoliques, la première étape dans la conversion des hommes et des femmes à Christ…

Il a plu à Dieu de sauver les croyants par la folie de la prédication (Corinthiens 1 :21). Cette prédication engendre la foi dans les cœurs sincères et c’est même le seul moyen, d’après la Bible, d’obtenir la foi qui sauve (Romains 10 :14-15,17). Ceux qui croient, doivent aussi se repentir (Actes 2 :38) et recevoir le baptême au nom de Jésus-Christ pour la rémission de leurs péchés. C’est là le message et la doctrine que le Christ mit dans la bouche de ses disciples avant son ascension vers le Père (Marc 16 :16 ; Matthieu 28 :19,20) et c’est là le message et la doctrine de L’Eglise du Christ aujourd’hui. 

Avant de recevoir le baptême, celui qui se convertit, fait une confession de foi très pure, très simple. Cette confession est identique à celle mentionnée en Actes 8 :37 : je croix que Jésus-Christ est le Fils de Dieu. Sans la foi en Christ, il est évident que le baptême n’a aucune valeur. D’autre part, celui qui est persuadé que ses péchés lui ont été remis avant même d’avoir reçu le baptême, se soumet à un acte vide de sens en recevant le baptême, puisque selon la bible, le but du baptême c’est la rémission des péchés. Nombreux sont
ceux qui ont eu de cet actes une conception erronée. Il leur faudrait revenir en arrière, faire une véritable confession et être baptisé de nouveau.

L’Apôtre Paul dit que cet acte (le baptême) est l’image de la mort, de l’ensevelissement et de la résurrection de Christ : Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême en sa mort, afin que, comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie.. Romains 6 :4. Un baptême autre qu’une immersion ne saurait être conforme à la description que nous venons de lire. L’aspersion, par exemple, que les hommes ont substituée à l’immersion, est loin de représenter la mort, l’ensevelissement et la résurrection du Seigneur. En Éphésiens 4:5, le Saint-Esprit pousse l’apôtre Paul a dire qu’il n’y a qu’un seul baptême. Tout exégète sérieux reconnaît que le mot « baptême » est une transcription (et non une traduction) du mot grec « Baptidzo » qui signifie littéralement « immersion ».

D’autre part, tout historien objectif admet que l’immersion fut pratiqué dans l’Eglise primitive pendant plus de deux cent ans (200 ans). Cette pratique fut changée ensuite « pour plus de commodité ». Dira-t-on encore qu’il s’agit là aussi d’un détail négligeable ? Voici les termes de la suprême et ultime mission que Jésus-Christ donna à ses disciples : Allez faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils, et du Saint-Esprit…

Matthieu 28 :19. Comment les apôtres comprirent-ils le commandement de baptiser ? Peut-on supposer que l’un s’en est allé immerger les croyants tandis qu’un autre les aspergeait ou leur versait de l’eau sur la tête ? S’ il en a été ainsi, Christ est alors à l’origine de la confusion. Mais cela est impossible.

Christ n’est pas divisé, pas plus que l’Eglise primitive en ce qui concerne le baptême. Chaque apôtre avait compris que pour obéir à la prescription divine concernant le baptême, il devait immerger le croyant dans l’eau. C’est ce que signifie le mot « Baptidzo » que nous avons vu plus haut, et c’est ce que les apôtres ont compris et pratiqués. L’Eglise, aujourd’hui, ne peut se permettre d’agir autrement si elle désire respecter le commandement de Christ et demeurer dans la tradition apostolique. Il faut conserver au baptême le BUT que lui donnent les Écritures. Ce but, la Bible le définit en Actes 2:38 : Repentez-vous et que chacun de vous soit baptisé pour (en vue de) le pardon de ses péchés. Jésus fait du baptême un actes de foi, une conditions de salut. Il dit notamment en Marc 16:16 : Celui qui croira et qui se fera baptisé sera sauvé. Nous insistons sur la pratique original du baptême a cause de la beauté et de la grandeur de son symbolisme, mais surtout parce que c’est l’une des conditions de salut. Même après avoir cru et s’être repenti, Saul de Tarse s’entendit ordonner : Lève toi, sois baptisé et lavé de tes péchés…

Actes 22 :16. C’est le sang de Christ qui nous sauve, mais le baptême est l’acte final par lequel nous manifestons notre foi, acte qui nous amène en Christ, dans son sang qui nous lave (voir Galates 3 :27). C’est pourquoi la doctrine du salut proclamée par L’Eglise aujourd’hui doit être identique à celle enseignée par l’Eglise du Christ d’il y a vingt et un (21) siècles, savoir qu’un pêcheur doit entendre l’Évangile, y croire, se repentir de ses péchés, confesser sa foi en Christ et être immergé pour le pardon de ses péchés.